La dimension spirituelle de l'Astrologie

Depuis la plus haute Antiquité jusqu'à la Renaissance, astrologie et astronomie étaient réunies dans une seule discipline dénommée science des astres. Les deux termes soulignaient simplement que cette discipline comportait deux volets avec un aspect plus spirituel et intérieur relié à l’astrologie et un aspect plus extérieur et physique relié à l’astronomie.

 

 

image020Horloge de la cathédrale de WELLS

En astrologie, c’est le Verbe divin qui s’exprime et la discipline s’évertue selon un principe d’analogie obéissant à des règles précises, à comprendre les lois spirituelles qui régissent le mouvement des astres comme la destinée des êtres humains incarnés sur Terre. Ce sont les lois des correspondances et d’affinité qui priment en effet dans l’étude du thème où chaque être est considéré comme un microcosme à l’image du macrocosme attirant à lui des êtres et des événements de même nature. Cependant, semblant tout petit face à l’infini du cosmos alors que ces lois absolues bien qu’invisibles le relient à l’univers, l’homme refuse aujourd'hui trop souvent de reconnaître cet enchaînement naturel des causes et des conséquences, passant alors sans le savoir à côté de sa destinée.

L’astronomie représente l’aspect extérieur de cette science aux deux visages. Elle a pour fonction de découvrir les confins de l’univers afin d’étudier concrètement et mathématiquement les constellations, les systèmes planétaires, la formation des étoiles et la course des planètes. Elle n’apparut officiellement qu'avec l'invention de la lunette par Galilée. Colbert l’introduisit en 1665 à l’Académie des Sciences nouvellement créée tout en interdisant l’accès aux praticiens de l’astrologie qu'il considérait comme une discipline illusoire. Un second symbole fit alors son apparition sous la forme d’une étoile à six branches pour différencier la nouvelle science de l'astrologie qui tenait son astrolabe entre ses mains depuis les travaux du pape français Sylvestre II aux alentours de l'an mille. Depuis l’Antiquité, les philosophes et les plus grands savants accordaient la primauté au plan spirituel à l’origine de toute chose et la séparation des deux disciplines officialisa symboliquement l’identification de l'humanité aux seules apparences du monde physique.

 

Cette inversion des valeurs dans la conscience humaine au détriment du monde de l’Esprit donnait un avant goût de l'âge des ténèbres qui émergerait avec la civilisation matérialiste.

Astrologie vient des mots grecs Astro et Logos, ce qui veut dire parole des astres. Précisons tout de suite que ces messages ne sont pas délivrés par les planètes qui ne sont que des corps faits de la seule matière mais par les dieux ou entités qui habitent ces astres ou mondes spirituels également dénommés sphères planétaires. Apparue vers l'an 4200 avant Jésus-Christ, l'astrologie fut pratiquée dans les plus grandes civilisations de l'Antiquité par des prêtres-astrologues dénommés mages qui entraient en relation avec les entités spirituelles de ces mondes suprasensibles dont les planètes servaient de repères dans le ciel. Ils la considéraient comme la plus sage des connaissances car elle permettait de dialoguer avec Dieu et c'est pour cette raison qu'elle fut enseignée dans les écoles des mystères de Perse, d’Egypte et de Grèce. Il en fut également ainsi au sein de la première école ésotérique chrétienne à Athènes où Denys l’Aréopagite associa l’astrologie aux connaissances sur les hiérarchies spirituelles. Cet enseignement fut à nouveau transmis dans le haut Moyen Age et jusqu'à la Renaissance dans les écoles de Sagesse christique où l’astrologie représentait le plus élevé des sept arts libéraux. La plus connue fut celle de Chartres dont la cathédrale est encore aujourd'hui le témoin exceptionnel de sa notoriété passée.

Les astronomes projetant leur regard sur les constellations dans le ciel, constatent qu’à l’équinoxe de printemps, le point vernal se situe actuellement à sept degrés de la constellation des Poissons, en concluant que ce point fictif est le point zéro degré du zodiaque. A cela, les astrologues opposent leur point de vue immuable qui fixe chaque année, le début du zodiaque, soit le point zéro degré du Bélier, à l’équinoxe de printemps. Du fait du phénomène de précession des équinoxes variant d’un degré tous les soixante douze ans, il y a donc de nos jours un écart de vingt trois degrés entre le point de référence du zodiaque sidéral astronomique et celui du zodiaque tropical utilisé en astrologie avec les conflits que cela peut générer entre partisans de tel ou tel système qui préfèrent récuser la valeur de l’autre théorie. L’astronomie apporte en réalité, une vision physique du ciel et explore l’univers sensible, le regard du scientifique étant tourné vers le monde extérieur et l’observation du ciel pour explorer le cosmos. L’astrologie percevant l’être humain dans sa double existence céleste et terrestre, propose de son côté une vision spirituelle de l’incarnation.

image012L’astrolabe représentant l'astrologie

image014L’étoile symbolisant l'astronomie

Statues des arts libéraux
en façade de l'hôtel de ville d'AIX-LA-CHAPELLE

image018L'astrologue
Cathédrale de FRIBOURG EN BRISGAU

 Le regard de l’astrologue est en effet tourné vers l’intérieur pour entrer dans la dimension intime et sacrée d’un être créé à l’image de Dieu car son seul but est de comprendre le mystère de sa vie présente en saisissant les vœux de son esprit pour qu'il devienne un jour, à la ressemblance de Dieu. Le moine qui concevait l'horloge avec l'assistance d'un horloger, affichait le plus souvent sa préférence. Nous trouvons ainsi des cadrans planétaires dans les horloges présentes dans les cathédrales de Beauvais, Besançon, Messine et Strasbourg.

D'autres horloges ont des cadrans astrologiques avec les astrolabes des cathédrales de Bourges et de Lyon, de Münster et de Gdansk, de Lund et de Padoue car les deux systèmes sont justes, représentant simplement des points de vue différents et nullement contradictoires. Comme pour souligner cette complémentarité, l'horloge de l'église Sainte Marie à Lübeck restaurée après la seconde guerre mondiale réunit les deux démarches en présentant deux cadrans, le premier astrologique et le second avec les constellations astronomiques permettant de situer à tout instant, où se trouve la lune dans le ciel.

Les astronomes parlent en fait d’un zodiaque sidéral comprenant treize constellations de tailles différentes visibles dans la nuit étoilée et successivement visitées par le soleil et les planètes tout au long de l’année. A cela, les astrologues expliquent que leur zodiaque est basé sur les signes reliés aux saisons sur Terre et c’est pour cette raison que dans certaines églises, les signes du zodiaque sont remplacés ou accompagnés par les douze travaux du mois variant parfois selon les régions et les climats. Les signes du zodiaque sont au nombre de douze et de taille identique soit trente degrés de la roue, reposant sur le rythme régulier proposé par les solstices et les équinoxes. Le vingt ou le vingt et un mars de chaque année, c’est astrologiquement le début de l'année avec l’équinoxe de printemps lorsque le soleil coupe astronomiquement l’équateur céleste à un endroit précis du système solaire appelé point vernal. Pour les astrologues, cela signifie que le soleil entre dans le premier signe du zodiaque qui est le signe du Bélier et de cet instant précis qui émerge en fonction de l’inclinaison de la Terre par rapport au soleil, découlent les onze autres signes de trente degrés en trente degrés.

 L’astrologie nous propose donc une alternative à l’oubli des choix faits dans le monde spirituel par la révélation de points de vue différents expliquant pourquoi il nous faut nous confronter dans la vie à tel défi particulier ou la raison spirituelle d'une épreuve à priori incompréhensible.

A un moment précis de sa vie, chacun est en effet amené à se questionner sur le sens réel de celle-ci, le plus souvent suite à l'irruption d'un événement lui générant de l'incompréhension, du désarroi voire de la souffrance. Dans ces moments difficiles, l’astrologie propose une vision différente en lien avec la destinée à ceux qui souhaitent  comprendre le sens profond de leur vécu, même si le plus grand nombre préfère malheureusement attribuer au hasard ce qu’il ne peut expliquer ou ne veut pas admettre. Découvrir la réalité cachée de sa blessure d'enfance et choisir alors de cheminer vers la rédemption de sa chute originelle pour sortir de la spirale infernale des mêmes causes générant les mêmes effets, telles sont les possibilités parmi d'autres que l'astrologie propose à tous.

Les lois de la morale cosmique font en effet que chacun ne récolte rien d’autre dans sa vie que ce qu’il a semé. C'est la loi naturelle de l’écho et celle de la justice universelle. Au lieu le plus souvent de rejeter sa responsabilité en exprimant une colère injustifiée envers Dieu, il appartient simplement à chacun de se relier à ce qui lui est renvoyé à travers le miroir de la vie pour se remettre en question si nécessaire et changer ce qui doit l’être s'il en fait le choix. Tel est le sens sacré de l’astrologie qui aide celui qui le souhaite à vivre avec plus de conscience voire à s'aligner sur le véritable sens de sa destinée. Chacun l'a préparé en accord avec son ange avant de s'incarner mais aucune religion ne nous dit pourtant pourquoi nous venons sur Terre ni comment nous aligner sur notre réalité intérieure pour révéler le meilleur de nous-mêmes.

image016L'Astrologie à la cathédrale de COLOGNE

 

Astrologie RiminiL'Astrologie à la cathédrale de RIMINI

 La sagesse de l'astrologie est donc également une alternative à l'ignorance et il serait plus que souhaitable que tout astrologue se relie régulièrement au Divin par la vie intérieure pour la pratiquer avec le plus grand des respects. Il percevrait ainsi la dimension spirituelle de celui qui vient à sa rencontre et se mettrait dès lors au service de son ange, gardien de la destinée de celui qu'il guide avec bienveillance depuis la nuit des temps. Chaque être est en effet là où il en est, avec ses peurs et ses erreurs, ses refus et ses chutes, ses qualités et ses efforts, ses combats et ses victoires. La réalité de tout être à l'image de Dieu n'admet en effet aucun jugement sur le vécu de celui-ci et tout astrologue conscient des véritables enjeux spirituels, devrait être intérieurement à l'écoute de celui qu'il rencontre pour l'aider à se rappeler de son origine divine et percevoir le véritable sens de sa vie. Le respect de la liberté individuelle est à ce prix faute de quoi l'astrologue devient immoral en interférant dans la destinée de celui qui vient le voir. Répondre à une question existentielle préoccupant l'individu au moment de la consultation aurait selon les adeptes de l'astrologie horaire, le mérite de donner de justes prédictions et donc de permettre des prises de décision plus éclairées.


C’est cependant trahir l’essence sacrée de l’astrologie que de prédire l’avenir car quelles que soient les bonnes raisons d'une semblable démarche, elle prive en réalité celui qui se soumet à l’horoscope de la libre expérience et des compréhensions qui auraient pu en découler pour le plus grand bénéfice de son évolution. Certains papes pratiquèrent assidument l'astrologie horaire à la Renaissance alors que c'est précisément cette discipline que l’Eglise avait condamnée au Moyen Age à diverses reprises en l’assimilant aux arts divinatoires qui privent l'être humain de toute liberté de pensée et d'action. De là à avoir fait volontairement un amalgame entre cette pratique tant décriée de l’horoscope et l'étude sacrée de l’astrologie pour justifier son interdiction globale, il y a là un pas qui n’aurait jamais du être franchi même s'il s'explique par la volonté de la nouvelle Eglise d'assoir son autorité sur le monde chrétien de l'époque. Le catholicisme n'affirme-t-il pas en effet que seul le Pape a accès au monde spirituel alors que l'astrologie rend toute religion inutile. Elle permet en effet à celui qui s'en donne les moyens de se relier individuellement par un dialogue toujours plus intime avec son ange dont les conseils bienveillants sont aisément vérifiables dans la vie quotidienne quand ils sont mis en pratique avec confiance et sincérité.

Christian FAGES